Arsonor Créez et finalisez votre musique en home studio de manière professionnelle

11 objectifs d’utilisation des EQ (Bien aborder les EQ part 7)

utilisation des EQ sur une console de mixage

Maintenant qu’on a fait le bilan des différents filtres existants, dans quels cas concrets vont-ils bien pouvoir nous servir dans l’utilisation des EQ?

Avant d’égaliser une piste, il convient de se poser les questions suivantes:

  • Avec quels éléments est-elle en compétition?
  • Avec quels autres éléments doit-elle bien “cohabiter”?
  • Où est-ce que je souhaite la placer dans l’espace sonore?
  • Quelle couleur doit-elle avoir (chaleur, énergie, définition, air…)?

Les réponses à ces questions vont te permettre d’avoir une idée plus claire sur le traitement EQ approprié. Le but de cet article n’est pas encore de présenter comment égaliser d’un point de vue pratique mais de savoir quels cas de figure nécessitent l’utilisation des EQ. Les voici en 11 points:

Utilisation des EQ corrective (transparence)

1) Nettoyer le contenu indésirable

Pour des sons enregistrés avec un micro ou un instrument externe, il est fréquent d’y retrouver un bruit de fond plus ou moins envahissant. Sans compter les buzz ou autres résonances aux tonalités aiguës qui peuvent “salir” l’enregistrement. Ou encore la “repisse”, c’est-à-dire la captation d’un autre instrument jouant en même temps que l’instrument que l’on voudrait enregistrer seul.

La fonction première d’un EQ est donc de nettoyer tout ça (c’est d’ailleurs souvent le premier traitement dans la chaîne des plugins, avant la compression). Pour cela, le filtre le plus utilisé est bien sûr le High-Pass (ou Low-Cut). Il permet d’éliminer ce que l’on appelle le “rumble” ou bruit de fond ambiant, concentré en général dans les basses fréquences.

L’autre traitement EQ très utilisé est le Bell avec un paramètre Q élevé (en cut) afin d’appliquer un EQ chirurgical sur des tonalités indésirables bien précises.

2) Equilibrer le spectre fréquentiel (balance tonale)

La balance tonale se réfère à la distribution de l’énergie à travers le spectre audio (des basses aux hautes fréquences). Tu peux la visualiser sur ta musique avec un plugin “analyseur fréquentiel” (tel que Spectrum sur Ableton Live ou Voxengo Span) montrant le contenu fréquentiel du signal au cours du temps.

Analyseur de spectre dans l'utilisation des EQ
Exemple de répartition fréquentielle vue sur un analyseur temps réel RTA (Spectrum de Ableton Live)

C’est cette répartition des fréquences qui confère à la musique toute son émotion et sa puissance. Et le traitement EQ est l’outil par excellence pour altérer cela.

Bien sûr, atteindre le bon équilibre fréquentiel d’un morceau est un challenge important pour le mixeur. En effet, la balance tonale est une notion hautement subjective et contextuelle. Elle évolue suivant le style de musique et les époques (voir l’article à ce sujet).

Néanmoins, malgré cette définition vague de ce que doit être le bon équilibre, une réponse en fréquence déformée d’un son est fortement susceptible d’être remarquée. Certaines bandes de fréquence trop marquées ou au contraire manquantes (sur une bande plus ou moins large ou étroite) est un des défauts critiques que les EQ vont pouvoir régler.

Dans un enregistrement sonore, le premier traitement EQ appliqué au son sera l’utilisation même d’un micro! En effet, celui-ci, suivant son type et sa qualité, “captera” un certain contenu fréquentiel, pas souvent conforme à la réalité de captation de nos oreilles. Pour cela, les EQ permettent un réajustement du spectre fréquentiel, surtout lors d’enregistrements dits “amateurs” en home-studio sans réel traitement acoustique et/ou micro de qualité bien positionné…

3) Remédier au masquage

Les fréquences de la plupart des éléments d’un mixage se superposent. Un exemple évident est une sub-bass (onde sinus à basse fréquence) ajoutée à un Kick. Quand deux ou plusieurs instruments se battent pour le même domaine fréquentiel, il devient difficile de discerner un instrument d’un autre. C’est ce qu’on appelle l’effet de masquage.

Chevauchement des fréquences pour différents instruments
Répartition fréquentielle pour divers instruments. On voit vite les difficultés si on veut isoler spectralement un élément par rapport à un autre).

Bien sûr, à partir du moment où on mixe divers instruments ensemble, le masquage devient inhérent au mixage et c’est un phénomène acceptable la plupart du temps. Mais dans bien d’autres cas, cela peut devenir un problème embêtant.

Il y a plusieurs manières de résoudre ce conflit entre deux instruments. D’abord, on peut ajuster le niveau global de l’un ou de l’autre. Mais en faisant cela, il y a un risque de ne plus assez entendre l’instrument diminué au profit de l’autre. La solution est alors un ajustement des niveaux par les EQ.

Ajustement léger des niveaux

En effet, l’utilisation des EQ permet d’ajuster le niveau seulement sur certaines parties du spectre. Par exemple, on peut facilement rendre un élément plus fort en “boostant” seulement dans la zone autour des 3 kHz, où notre oreille est la plus sensible (voir articles sur le loudness).

L’avantage est que les autres parties du spectre demeurent intactes. De plus, augmenter (ou diminuer) le niveau global d’un instrument (par exemple la basse) risque d’engendrer un déséquilibre évident sur la balance tonale du morceau. Travailler les niveaux sur une portion du spectre est alors moins explicite, et plus efficace.

Sois conscient tout de même que l’utilisation des EQ dégrade plus facilement la qualité du son traité, contrairement à l’utilisation des faders de volume. Donc, l’utilisation des EQ dans l’ajustement des niveaux doit se faire à petites doses et dans le contexte du masquage d’un élément par un autre.

Pouvoir de séparation des instruments

Si cela marche de diminuer légèrement le niveau à telle ou telle fréquence, on peut aussi tenter de “couper” les fréquences dispensables de l’instrumentLes EQ nous aident ainsi à rétrécir ou élargir la “taille” fréquentielle des instruments, ou à les “déplacer” un peu plus bas ou plus haut dans le spectre fréquentiel.

Bien entendu, chaque instrument ne se limite pas à une seule bande de fréquence. Mais on peut remédier au masquage en “séparant” un instrument de l’autre là où les fréquences sont communes. On peut alors légèrement augmenter (et diminuer pour l’autre) le niveau des fréquences à cet endroit. Suivant la nature et la densité de l’arrangement, cela peut impliquer ou non une utilisation des EQ assez importante.

Utilisation des EQ pour améliorer le son

4) Apporter plus de définition

La définition d’un élément découle du point précédent. Si on ne limite pas fréquentiellement le spectre audible d’un instrument, il sera alors mal défini.

On associe aussi la définition par rapport à quel point un instrument est reconnaissable ou à quel point il sonne naturel (pour autant qu’on veuille qu’il soit reconnaissable et naturel).

Par exemple, un arrangement composé d’une voix et d’un piano exige une très bonne séparation entre les deux instruments. Mais si le piano sonne comme sorti d’outre-tombe, il sera pauvrement défini! De la même manière, des hi-hats seront considérés mal définis s’ils manquent des fréquences essentielles dans les aiguës.

5) Améliorer la profondeur

Il est important de comprendre que les basses fréquences se propagent beaucoup plus loin que les hautes fréquences. Ces dernières, bien plus faibles en énergie, sont facilement absorbées par des obstacles (murs…).

Si tu veux améliorer l’acoustique de ton local, tu sais que c’est dans les basses fréquences que tu rencontreras le plus de problèmes. Et c’est aussi la raison pour laquelle on entend seulement les basses fréquences à l’extérieur d’une discothèque ou d’une salle de concert ou encore à cause de nuisances sonores entre voisins. Plus on s’éloigne, plus le son devient grave et sourd. Notre cerveau décode alors un son sourd et filtré de ses aiguës comme un son venant de loin.

Ce phénomène est alors souvent exploité par l’utilisation des EQ, donc avec un coupe-haut (ou Low-Pass), pour éloigner un instrument dans l’espace sonore (ou au contraire le rapprocher tout devant). L’impression est aussi liée à la différence de volume entre les instruments.

Ces différences d’impression sur la ligne Devant-Derrière pour divers éléments sont fondamentales pour la sensation de profondeur dans un mixage.

6) Améliorer la largeur stéréo

En corollaire du phénomène des basses qui se propagent plus loin, elles sont aussi moins directives. Si tu as déjà fait l’acquisition d’un caisson de basse, tu sais que l’endroit où tu vas le placer (au sol) n’a que peu d’importance par rapport au positionnement des deux enceintes qui émettent des bas-médiums aux aiguës.

La directivité des hautes fréquences est hautement responsable de notre capacité à localiser un son (haut-bas, gauche-droite). Et l’effet de stéréo provient bel et bien d’un contenu fréquentiel légèrement différent entre le son venant de la gauche avec celui venant de la droite.

Égaliser le même son mais différemment entre la gauche et la droite contribue à une image perçue plus large, créant souvent une impression d’un son plus gros et consistant.

Utilisation des EQ différente entre canal gauche et droit
Traitement EQ différent entre canal gauche et droit pour améliorer la largeur stéréo (Plugin Fabfilter Pro-Q)

Une autre manière de prendre parti de ce phénomène dans le traitement EQ est le mode M/S (Mid/Side). Cela va permettre de traiter différemment le “Mid” (contenu Mono du signal) par rapport aux “Sides” (contenu stéréo du signal).

Typiquement, on pourra augmenter légèrement les hautes fréquences et couper un peu plus les basses pour les Sides qui sont responsables de la largeur stéréo. Alors que le traitement des basses fréquences qui ne sont pas impliquées dans la localisation stéréo, restent dans la mesure du possible en mono, et sont donc traitées dans la partie “Mid” du M/S.

7) En association avec la reverb

Ce même phénomène des hautes fréquences plus rapidement absorbées que les basses implique une réverbération du son avec un contenu en hautes fréquences qui diminue au cours du temps.

Donc pour un effet de reverb plus naturelle, les hautes fréquences au cours du temps doivent diminuer: c’est le “Damping” (amortissement). On verra plus en détail les réglages d’une reverb dans les articles consacrés aux effets temporels.

Pour l’instant, saches simplement qu’un EQ est quasiment toujours disponible à l’intérieur d’un plugin de reverb tant ce traitement est important pour un bon réglage. Et même si c’est le cas, un EQ est souvent employé en amont ou en aval d’un plugin de reverb. On verra plus tard que les filtres peuvent réduire l’impression de taille de la reverb.

8) En association avec le compresseur

Les outils de traitement de la dynamique comme un compresseur sont plus réactifs dans les basses fréquences que les hautes. Les raisons à cela seront expliquées dans des articles à venir sur la compression.

Un traitement EQ dans le sidechain d’un compresseur permet un meilleur contrôle sur le traitement dynamique du son. Cela permet de résoudre diverses situations contraignantes comme une compression plus ardue dans les plus basses notes jouées par une guitare basse ou encore de la repisse du Kick dans une piste de Snare qui déclenche à tort l’ouverture du gate.

Pas de panique si tu n’es pas encore familier avec ces termes. Tout ceci sera abordé dans les articles consacrés au traitement de la dynamique du son.

Utilisation des EQ créative

L’utilisation des EQ ne se fait pas seulement pour des raisons pratiques. Un traitement EQ moins standard et donc plus créatif permet de mettre en valeur un instrument de manière originale, donner un effet rétro par exemple.

9) Façonner l'aspect sonore d'un instrument

Les EQ offrent un contrôle complet sur la tonalité et le timbre de chaque instrument. On peut en effet rendre un son fin ou “fat”, grand ou petit, propre ou “sale”, tranchant ou tout en douceur, etc…

Le Kick ou la voix sont sans doute des éléments les plus propices à changer d’aspect sonore. Il y a tellement de façons de les égaliser et de nombreuses options à choisir.

Que ce soit pour le Kick, la voix ou tout autre instrument, modifier l’aspect sonore est une action parmi les plus créatives du mixage.

10) Véhiculer une certaine ambiance/émotion

On a déjà pu observer que notre cerveau associe différentes fréquences à différentes émotions. Des sons brillants et aérés soutiennent un message plus vivant et joyeux. Alors que des sonorités plus sombres s’associent au mystère et la mélancolie.

Pour un instrument pris individuellement, ce sont les EQ (en parti) qui permettent de rendre une voix plus suave, une caisse claire plus agressive ou un violon plus effacé pour ne citer que quelques exemples.

11) Créer des effets de filtrage

Une modification d’un traitement EQ au cours du morceau est un effet classique d’automation pour maintenir de l’intérêt à l’écoute (moins de monotonie).

On pourrait citer des milliers d’exemples de morceaux avec une voix transformée en effet téléphone ou une coupure des basses fréquences pendant un “break”. Des différences de couleur sonore entre couplet et refrain sur certains éléments (caisse claire, voix…) sont d’autres exemples de variation sonore dans un morceau.

Un autre fait intéressant et amusant: les filtres sonnent mieux quand ils sont en mouvement! Surtout pour des morceaux de musiques électroniques, ces effets de mouvement de filtres sont utilisés en permanence (voir l’article sur les filtres en synthèse sonore).

Conclusion

Jusque là, tu as maintenant une idée plus précise sur ce qu’est un traitement EQ et dans quel cas concret tu peux l’appliquer.

Mais avant d’en aborder la pratique, il faut savoir quel type est le plus approprié pour telle ou telle application (eh oui, il y en a de toutes sortes!).

Entre hardware et plugin, émulation analogique ou EQ purement numérique, ainsi que les options disponibles, ils n’auront pas tous les mêmes effets sur le son! C’est ce que nous verrons dans le prochain article.

Catégories
Bienvenue sur Arsonor!

Tu cherches à maîtriser les outils modernes de la production musicale, traiter ton son comme il le mérite, en finir avec les blocages et finaliser tes morceaux une bonne fois pour toute?

Tu es au bon endroit! Je m’appelle Martin, et je partage avec toi toutes mes connaissances et expérience en ingénierie du son.

De nos jours, il est possible de faire (presque) tout depuis chez soi! Avec les bonnes connaissances, de l’abnégation et de la passion, je suis convaincu que la création musicale est accessible à tous. Je suis prêt à partager ici avec le plus de pédagogie possible, tous les conseils et astuces qui te seront d’une aide précieuse pour arriver à tes fins.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 Replies to “11 objectifs d’utilisation des EQ (Bien aborder les EQ part 7)”

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.